Clocher de NEFIACH

Clochers

Place Antonin Vails
66170 NEFIACH

Eglise paroissiale Sainte Marie de l’Assomption

Au centre du village

Clocher tour

Eglise du XVIII° siècle, remaniée au XIX° siècle. Clocher du XIX° siècle

Baroque / Moderne

Voir l'image en grand

Historique

Le lieu de Nefiach est mentionné pour la première fois au X° siècle.

L’église comme la paroisse sont mentionnées dans les sources à partir de 1149 dans une donation de l’abbé de Cuixa.

L’édifice actuel est essentiellement une construction baroque, élevée dans la première moitié du XVIII° siècle.

L’église actuelle de Nefiach a été construite en deux fois. Le sanctuaire et les quatre chapelles latérales sont dus à Mathieu Antoine Maron, curé de la paroisse de 1718 à 1754. Les quatre autres chapelles sont constituées par les agrandissements de 1852 qui déterminèrent le déplacement de la porte en marbre de Caunes, datée de 1858

Description

Dans le large vaisseau à nef unique terminé par une abside plate au nord, règnent les traits du classicisme.

La nef est bordée sur toute sa longueur de chapelles latérales voûtées en plein cintre. Tandis que la nef est constituée de doubleaux et de voûtes à pénétration retombant sur des pilastres.

Une lourde corniche sépare l’étage des chapelles de celui des oculi qui éclairent le vaisseau.

On accède à l’édifice par une porte située sous un porche à arc surbaissé sans grande originalité. Elle est surmontée d’une niche comportant une image de la Vierge, le fronton est orné de deux rampants en volutes.

Le clocher élevé au siècle dernier est surmonté de deux cloches. La première porte l’inscription :

" IHS sancta Maria et sancte Macarie, ora te pro nobis.

Essent consols de Nafiac Ioan Benavent y Honorat Dotres. Te deum laudamus 1622 ".

La seconde cloche est l’œuvre du fondeur Pau Roquer et porte l’inscription :

" Ave Maria gratia plena essent rector lo reverent Miquel Hortet, balle Ferriol Parona, consols Ioan Oliva Ferriol Bosch lo any 1697 ".

L’église conserve des fonds baptismaux (1698), trois retables 1756 par Navarre (maître autel, Rosaire et le Christ), retable de Saint Macaire (1753), le retable de l’ange gardien (1757) par Nègre, avec toile de Rieudemont, de nombreuses toiles du XVIII° siècle de grandes dimensions, quatre retables du XIX° siècle, six scènes de la vie de la Vierge (1759) par Rieudemont (C), une croix processionnelle du XVI° siècle (C), un ostensoir de 1757.

Pyrénées Orientales : l'accent catalan de la république française
Le Département des Pyrénées-Orientales

24, quai Sadi Carnot
66009 - Perpignan Cedex

Tél. 04 68 85 85 85
Nous contacter