Clocher de MARQUIXANES

Clochers

4 rue des écoles
66320 MARQUIXANES

Eglise paroissiale Sainte Eulalie et Sainte Julie

Dans le village

Clocher tour

Eglise et clocher des XVII° et XVIII° siècles

Baroque

Voir l'image en grand

Historique

Le village de Marquixanes appartenait à l’abbaye de Saint-Martin du Canigou, qui reçut en 1172, l’autorisation du roi Alphonse, de construire une enceinte.

L’église Sainte Eulalie est mentionnée en 1025, cependant elle a été reconstruite et ne conserve pas d’éléments de l’église primitive.

Description

Cette église du XVII° siècle est d’inspiration romane.

On accède à l’église par une porte située à l’ouest.

Cette église possède un clocher tour carré, dans la partie basse de celui-ci, on peut voir un reste de l’église primitive.

Il est composé de deux niveaux, comportant peu d’ouvertures, hormis un oculus et une fenêtre en plein cintre, surmontée d’une horloge.

Au 2° niveau figure une date, 1611, époque de son élévation de style baroque.

Il est surmonté d’un couronnement constitué de pignons d’angle, surmontés par des sphères. Entre deux piliers du couronnement sont placées deux cloches.

La première cloche (diam. : 62cm ; hauteur : 55cm) est datée de 1812, et porte l’inscription :

" Sit domini benedictum sancta Maria ora pro nobis Sainte Eulalie patronne de l’église de Marquixanes. Curé Mr Isidore Boris parrain Mr Férréol Pauco marraine la dame Marie-Anne Mas. Noms de la cloche Marie Anne Thérèse Eulalie. Maire Mr Xavier de Comte adjoint Mr Gaudérique Carbonell. Mers messieurs Joseph Mas Ferreol Pauco et Pierre Bonnafé. La dite cloche a été faite grâce aux aumônes de l’église. Fait par Raimond et Joseph Cribailler frères ".

La deuxième cloche (diam. : 74cm ; hauteur : 65cm) date de 1816, et porte l’inscription :

" Faite à la dévotion de Sainte Eulalie et de Sainte Julie patronnes de Marquixanes ".

Deux autres cloches sur le toit sont inaccessibles.

L’église conserve des retables, du maître-autel (1692), du Rosaire (XVII° siècle), de la Passion (1701), de Saint Gaudérique (1742), de Saint Sébastien (XVIII° siècle), de Saint-Antoine de Padoue (XVIII° siècle), de Notre-Dame du remède (fin XVIII° siècle), de Saint-Jean Baptiste (XIX° siècle), une Vierge dans sa cadireta (XVII° siècle), un Christ et une Vierge (XVII° siècle), de nombreuses statues et toiles (XVII° et XVIII° siècles), un reliquaire (XV° siècle), et de nombreux objets d’orfèvrerie dans la sacristie.

Pyrénées Orientales : l'accent catalan de la république française
Le Département des Pyrénées-Orientales

24, quai Sadi Carnot
66009 - Perpignan Cedex

Tél. 04 68 85 85 85
Nous contacter