Clocher de LAROQUE DES ALBERES

Clochers

20 rue Docteur Carbonneil
66740 LAROQUE DES ALBERES

Eglise paroissiale Saint Félix

Deux clochers arcades

Eglise des XIV° et XV° siècles, restaurée au XIX° siècle

Gothique

Voir l'image en grand

Historique

La " la cella sancti Felicis ", fut confirmée, avec ses dépendances, à l’évêque d’Elne Salomon, par un précepte de l’empereur Lothaire du 7 avril 834. Le 17 décembre 875, un jugement établi que l’église de Saint Féliu " cum claustra " appartenait déjà à l’église d’Elne du temps de l’évêque Venedari (783.)

C’était l’église primitive de la localité, dite " Roca Frusindi ", qui fut acquise par aprision par un hispanique nommé Ildefons et confirmé à ses fils Sumnold et Riculf par un précepte de Charles le Chauve du 7 juillet 854.

Laroque des Albères fut le siège d’une seigneurie ayant appartenu au XIII° siècle à Pons Hug qui y construisit un château ou se réfugia le premier roi de Majorque poursuivit par son frère. L’église, ancienne cellule de Saint Félix fut fortifiée et reliée aux remparts du château.

L’église paroissiale actuelle fut construite apparemment aux XIV° et XV° siècles.

Salle d’arme de 1400- à 1407, elle devint église paroissiale.

La porte de marbre blanc avec les colonnes et les chapiteaux en mauvais état provient de l’église d’Avalri ( Montescot), d’où il fut déplacé en 1527.

L’église fut restaurée en 1887.

Description

L’église paroissiale a la forme d’un parallélépipède rectangle, terminé par un chevet plat.

L’édifice à nef unique, est couvert d’une voûte en berceau brisé sans doubleau, et éclairé de fenêtres placées en hauteur.

Un beau portail gothique en marbre blanc du XIV° siècle, dont l’extrados reposait sur des statuettes de Saint Pierre et Saint Paul (aujourd’hui détruites ?) s’ouvre au sud. L’édifice comporte une seconde porte au niveau de la sacristie.

A une époque plus tardive trois chapelles ont été rajoutées sur le côté nord.

Le clocher de l’église était carré avec deux fenêtres en arcs brisés, et un crénelage à son sommet, (comme on peut le voir encore sur de vieilles cartes postales), et se situait dans l’angle sud ouest de l’église. Ce clocher a aujourd’hui disparu. Ce sont deux clochers arcade, un situé à l’ouest et l’autre à l’est qui l’ont remplacé.

A l’ouest la façade est percée d’une grande fenêtre plein cintre à ébrasement extérieur encadrée de pierres de taille en granit. Un petit clocher à une seule arcade plein cintre, composé de briques et marbre soutiennent deux cloches en bronze et un cartouche porte la date de 1897.

L’édifice est appareillé de galets de rivière dans les parties non recouvertes par le crépi et chaînage d’angle en pierre de taille de granit.

L’église conserve des cloches datées de 1407, 1426,et 1439.

La première porte l’inscription :

" Angèle domini penteson qui corpus domini nostri IXV XPI in monumento custodisti custodi nos ab omni adversitate et fulgure et tempestate + P+ X + D + N +LAN MIL. CCCC. VII ".

La seconde porte l’inscription :

" XPS : vincit : XPS : regnat : XPS : imperat : XPS : nos : defendat : II LANY : MIL : CCCC : XXIV : Maestre : Polit : Gil : me : fev : ".

L’église conserve aussi un retable en bois doré du maître autel ( XVIII° siècle)

Pyrénées Orientales : l'accent catalan de la république française
Le Département des Pyrénées-Orientales

24, quai Sadi Carnot
66009 - Perpignan Cedex

Tél. 04 68 85 85 85
Nous contacter