Clocher de CANET EN ROUSSILLON

Clochers

Place Saint Jacques
66140 CANET EN ROUSSILLON

Eglise paroissiale Saint Jacques

Rue de l’église, dans le village.

Clocher tour et clocher arcade

Eglise du XIV° siècle, remaniée aux XVI° et XIX° siècles.

Gothique / Baroque / Moderne

Voir l'image en grand

Historique

L’actuelle église paroissiale de Canet trouve son origine dans la chapelle Saint Jacques de l’hôpital de Canet, mentionnée dès 1241.Elle obtint son titre de paroisse quand l’ancienne église paroissiale Saint Martin du chateau devint une simple chapelle.

L’édifice actuel date du XIV° siècle, et a subi des remaniements en 1510 et 1896.

Canet fut une seigneurie très importante occupée par les mercenaires allemands au XVI° siècle, et conquise par les Français au XVII° siècle.

Une première église Saint Jacques située hors des murs de la ville, dans le cimetière fut rasée sur l’ordre de frère Guillaume de Guimera pour mieux assurer la défense de la place. Il fallait donc reconstruire une nouvelle église, mais si possible dans la ville pour qu’elle ne risque pas de subir le sort de la première. Les habitants de Canet demandèrent à Pierre IV de leur venir en aide financièrement. Celui-ci leur donna 17 000 sous pour commencer la nouvelle église en 1346.

L’église est pratiquement terminée dès le début du XV° siècle, en effet le peintre François Ferrer réclame le paiement de son dû pour le retable de Saint Jacques.

Plus tard, cette église sera profondément remaniée à partir du premier mai 1510, date à laquelle fut commencé " l’œuvre de charité " comme l’indique une inscription sur la façade. Cette œuvre prendra fin en 1896, avec la restauration de la façade. Durant cette campagne de travaux, l’église fut certainement agrandie.

Description

Il s’agit d’un édifice qui s’est construit lentement et dont l’analyse est délicate. Il comprend de l’est à l’ouest un chevet à cinq pans, dont la voûte gothique est ornée d’une belle clef de voûte sculptée en l’honneur de Saint Jacques et datée de 1510.Dans le prolongement du chœur, suit la nef unique bordée de chapelles latérales voûtées d’ogives et surmontées de tribunes (XVII° siècle).

La nef se prolonge par une travée où les tribunes sont remplacées par des oculi, et les voûtes d’ogives des chapelles par des voûtes d’arêtes.

Enfin, vient la travée de la tribune qui se termine par la façade remaniée en 1892, et dans laquelle on a encastré un petit relief roman du début du XIII° siècle, qui représente une âme amenée au paradis par deux anges.

L’ensemble de la nef est couvert par une charpente sur arcs diaphragmes. Extèrieurement, l’église est englobée dans un massif de plan rectangulaire qui ne laisse rien deviner de sa structure intérieure.

On accède à l’édifice par une porte en plein cintre appareillée en pierres de taille et située à l’ouest.

Le clocher tour de plan carré est composé de plusieurs étages. Il est percé de multiples baies lègérement brisées,dont beaucoup sont obstruées. Il est surmonté d’un crénelage avec tourelles d’angle. Au troisième étage, est placé dans un oculi, un cadran d’horloge.

Le clocher contient cinq cloches en bronze, en bon état de conservation, qui datent du XIX° siècle. Le clocher tour est couronné de quatre girouettes.

Il est appareillé en briques rouges et pierres de taille blanches aux angles.

Un petit clocher arcade, composé de briques rouges, sans cloche, est situé sur le toit de l’église.

Le reste de l’édifice est crépi de blanc et couvert d’un toit à deux pentes en tuiles canal.

L’église conserve deux inscriptions (1227, 1304), le retable du maître autel (XVIII° siècle), deux retables (début XIX° siècle : de Saint Gaudérique et de l’Immaculé Conception), une Vierge du XVII° siècle, un Christ du XIX° siècle, une statue de Saint François de Paul (XVII° siècle).

Pyrénées Orientales : l'accent catalan de la république française
Le Département des Pyrénées-Orientales

24, quai Sadi Carnot
66009 - Perpignan Cedex

Tél. 04 68 85 85 85
Nous contacter