Accueil  >  Découvrir le Département  >  Partir à la rencontre du Patrimoine Catalan  >  Le mémorial de Rivesaltes  >  Une mobilisation : les acteurs du projet

Outils utilisateur Diminuer la taille de la policeAugmenter la taille de la policeChanger le contraste Supprimer la personnalisation Imprimer Facebook

Une mobilisation : les acteurs du projet

Bâtiments du camp en ruine Bâtiments du camp en ruine

 

Le relais Politique et Institutionnel

Sans le relais politique et institutionnel du Conseil Général, ce projet n'aurait pu être envisagé.
Depuis 1998, l'implication de cette collectivité territoriale, va crescendo : de l'institution du comité de pilotage, au choix d'un mandataire de maîtrise d'ouvrage, en passant par la désignation du président du Conseil scientifique, ce travail s'organise autour des instances suivantes :

  • Le Conseil Scientifique, présidé par Denis Peschanski (Directeur Scientifique Adjoint au Département Sciences de l'Homme et de la Société au CNRS, Directeur de recherche au CNRS, Spécialiste de la France des années noires (Vichy, Résistance répression et déportation). Il publie en 2002 un ouvrage issu de sa thèse de doctorat d'Etat : La France des camps - L'internement 1938 - 1946, Ed. Gallimard.), rassemble historiens et personnalités ayant la charge de valider les contenus historiques et scientifiques.
  • La Commission Mémoire, présidée par la Directrice des Archives Départementales, Christine Langé, rassemble les représentants des différentes communautés internées.
  • La Commission Pédagogique, présidée par le représentant du Recteur d'Académie, Jacques Limouzin, veille à la pertinence pédagogique du projet.
  • Le Comité de Pilotage, présidé par le Président du Conseil Général, rassemble des élus, (Mairies,Etat, Région...) les organismes associés, pour valider les étapes du processus.
  • Par ailleurs, la Direction Générale des Services du Conseil Général réunit régulièrement un comité de suivi et la préfiguration est assurée par Marianne Petit, directrice du projet.

Photo aérienne d'un lot du camp Photo aérienne d'un lot du camp

Haut de page

Les partenaires

Maître d'ouvrage :

  • Conseil Général des Pyrénées-Orientales

Mandataire de maîtrise d'ouvrage :

  • SEAM Roussillon Aménagement
  • Architecte : Rudy Ricciotti
  • Commissariat de l'exposition permanente :
    Lydia Elhadad

Partenaires financiers :

  • Conseil Régional Languedoc-Roussillon
  • Etat
  • Europe

Collaborations et soutiens :

  • Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge, Genève.
  • Fondation pour la Mémoire de la Shoah, Mémorial de la Shoah (CDJC), Paris
  • United States Holocaust Memorial Museum, Washington

Montage de photos de gens du camp Montage de photos de gens du camp

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haut de page

Rudy Ricciotti

Photo portrait de Rudy Ricciotti Photo portrait de Rudy Ricciotti

 

 

 

 

 

 

 

 

Un lieu, un architecte, un édifice...

Pour la construction d'un musée mémorial sur le camp d'internement à Rivesaltes et au terme d'un concours international organisé en 2005, par le Conseil Général du département des Pyrénées - Orientales, maître d'ouvrage, le projet de Rudy Ricciotti était retenu avec un enthousiasme unanime.

Rudy Ricciotti, né à Alger en 1952, diplômé de l'école d'ingénieur de Genève et de l'école d'architecture de Marseille a reçu le grand prix national d'architecture en 2006 , engagé, et volontiers pamphlétaire, contre la banalité, la cherté et la normalisation de la construction contemporaine, mais partisan du débat sur l'identité culturelle et sociale, cet architecte, de renommée internationale, est reconnu comme un des créateurs les plus originaux de notre époque.

Auteur, en autres projets, du stadium de Vitrolles, du centre chorégraphique d'Aix-en-Provence, du Palais des festivals à Venise, de la Bibliothèque universitaire des Grands-Moulins à Paris et, bientôt, de la construction du département des arts islamiques au Louvre.

Le projet du Musée Mémorial du Camp de Rivesaltes : Le bâtiment est constitué par un monolithe de béton (230m X 30m et 4m de haut) enfoui sur l'esplanade de l'îlot F (42 hectares) entourée de baraques et d'équipements de l'époque ; le toit de ce bâtiment affleure le niveau du sol naturel dès l'entrée dans l'îlot et s'élève progressivement à l'extrémité Est, jusqu'à dépasser seulement un peu le faite des baraques. Il est percé de grandes baies horizontales pour l'éclairage zénithal de 3 patios souterrains ; des rampes latérales permettent de descendre vers le seuil d'entrée.

Intégration dans un paysage sévère et un environnement quadrillé, discrétion pour une architecture évoquant les guerres et la souffrance, tels sont les impératifs qui ont présidé à la conception de cette forme monumentale dure, mais toute humanisée du dedans.

A l'intérieur, l'espace est ordonné selon trois grandes fonctions : tout d'abord, au milieu du rectangle monolithique, là où arrivent les rampes latérales de descente, un ensemble de lieux assurant l'accueil, l'information, la documentation du niveau élémentaire, le repos et la restauration du public, et le service de vente. Tous ces volumes fonctionnels sont regroupés autour d'un double module simple, le vide d'un patio à éclairage zénithal et le plein d'une salle de conférence de 120 places, utilisable pour de petites formes de spectacle, des projections, des conférences, des lectures, et dotée d'un équipement de traductions simultanées.
De part et d'autre de ce bloc central tout entier consacré à l'accueil et à la diffusion, sont répartis des espaces à fonctionnalités plus spécifiques : à l'Ouest un pôle pédagogique, enrichi d'une médiathèque, et à l'Est les deux salles d'exposition ; celles -ci, l'une permanente de 1000 m² et l'autre temporaire de 400 m2, ont pour vocation essentielle de montrer la densité historique du lieu et de faire découvrir des développements thématiques sur l'histoire du XXème siècle.

Ainsi, les lieux de la découverte et de la connaissance de l'histoire contemporaine, comme ceux de son explication et de son enseignement sont placés dans des situations respectives de calme, favorables au respect et à l'approfondissement de la réflexion. Rudy Ricciotti a conçu une architecture sensible et sans concession, qui est à la mesure des enjeux émotionnels et intellectuels des contenus qu'elle présentera aux visiteurs-citoyens de l'Europe.

R.B

Haut de page

Denis PESCHANSKI

 

Parcours professionnel de Denis Peschanski

Directeur de recherche au CNRS, Denis Peschanski est affecté au Centre d'histoire sociale du XXe siècle, après avoir été pendant une quinzaine d'année chercheur à l'Institut d'histoire du temps présent avec la tâche, en particulier, d'animer un réseau d'une soixantaine de correspondants départementaux répartis dans toute la France.
Spécialiste de la France des années noires, il a publié divers ouvrages . Il s'est aussi souvent interrogé sur la question des archives (accès, lecture).

Par ailleurs, il a été de 1995 à 2000, secrétaire scientifique de la section 33 du Comité national de la recherche scientifique (Formation du monde moderne). En 1998, il a mis sur pied une coordination des secrétaires scientifiques et, à ce titre, a fait partie du bureau de la Conférence des présidents de section du CN, structure qui a été officialisée par voie de règlement intérieur. De l'été 2001 à l'été 2005, il a été membre du conseil scientifique du CNRS (secrétaire scientifique et mebre du bureau).

Par ailleurs il a dirigé une collection à CNRS-éditions au début des années 1990. Depuis 2003 il dirige la collection « Archives contemporaines » aux éditions Tallandier (parmi les titres : Vivre à en mourir. Lettres de fusillés ; les Lettres de Drancy ; le carnet d'Algérie d'Antoine Prost, avec une préface de Pierre Vidal-Naquet ; le Journal de Goebbels, édition française en 4 volumes en liaison avec l'IFZ de Munich). Il a été conseiller historique du film « Hôtel du Parc » (Pierre Beuchot), et coauteur d'un autre, « Les voyages du Maréchal ». Il vient de terminer un documentaire de 70mn avec Jorge Amat (« la trque de l'Affiche rouge »), co-produit et diffusé par France 2 au printemps 2006. Consultant historique de deux fondations, la Fondation pour la Mémoire de la Déportation et Fondation pour la Mémoire de la Shoah, il préside le comité de pilotage mis sur pied par le président du Conseil général des Pyrénées Orientales pour la construction d'un mémorial de l'internement, et le conseil scientifique associé au projet.

Born in 1954, Denis Peschanski is senior research associate CNRS (directeur de recherche), Center for Twentieth-Century Social History (Paris, Sorbonne). Specialist in history of France during WWII (Vichy, Resistance, Holocaust studies), in historical methodology (archives, historians and experts in society etc.), in police and french communism, he has published nearly twenty books and seventy articles thoughout his career. He is the author of Les Tsiganes en France 1939-1946 (Paris, CNRS-Editions, 1994), Vichy 1940-1944 : Contrôle et exclusions (Bruxelles, Complexe, 1997), coeditor of Polices et pouvoirs au XXe siècle. Europe, Etats-Unis, Japon (Bruxelles, Complexe, 2000), author of La France des camps. L'internement 1938-1946 (Paris, Gallimard, 2002), and Des étrangers dans la Résistance (Paris, éditions de l'Atelier, 2002).
Member of the CNRS scientific council (2001-2005).

Ouvrages de D. Peschanski :

  • « Vichy 1940-1944. Archives de guerre d'Angelo Tasca », Paris et Milan, Annali de la Fondation Feltrinelli , éd. du CNRS et Feltrinelli ed., 1986, 750p (vol. 1)
  • Et pourtant ils tournent. Vocabulaire et stratégie du PCF 1934-1936, Paris, Klincksieck, 1988
  • En collaboration avec Stéphane Courtois et Adam Rayski, Le Sang de l'étranger. Les immigrés de la MOI dans la Résistance, Paris, Fayard, 1989
  • Les Carnets de Marcel Cachin 1906-1947 Paris, CNRS-Éditions, 1993-1998, 4 volumes
  • Les Tsiganes en France 1939-1946, Paris, CNRS Éditions, 1994.
  • En collab. Avec David Bidussa, "La France de Vichy. Archives inédites d'Angelo Tasca", Annali de la Fondation Feltrinelli, Milan, Feltrinelli ed., 1996 (vol. 2).
  • Vichy 1940-1944. Contrôle et exclusion, Bruxelles, Complexe, 1997.
  • (collectif), « La Résistance et les Français. Nouvelles approches. », Cahier de l'IHTP, n°37, décembre 1997.
  • Les Étrangers dans la Résistance, Paris, Éditions de l'Atelier, 2002
  • La France des camps 1938-1946, Paris, Gallimard, 2002
  • OUVRAGES COLLECTIFS SOUS LA DIRECTION de D. PESCHANSKI
  • En collaboration avec Karel Bartosek et René Gallissot, De l'exil à la résistance, Paris, Arcantère et PUV, 1989
  • En collaboration avec Laurent Gervereau, La Propagande sous Vichy 1940-1944, Paris, BDIC, 1990, 288p.
  • En collaboration avec Michael Pollak et Henry Rousso, Histoire politique et sciences sociales, Bruxelles, Ed. Complexe, 1991, 288p.
  • En collaboration avec Pierre Milza, Exils et migration. Italiens et Espagnols en France 1938-1946, Paris, L'Harmattan, 1994.
  • En collaboration avec Jean-Marc Berlière, Polices et pouvoirs au XXe siècle. Europe, Etats-Unis, Japon, Bruxelles, Complexe, 1997.
  • En collaboration avec Gilles Le Béguec,, Les élites locales dans la tourmente. Du front populaire aux années 1950, CNRS-Editions, 2000.
  • En collaboration avec Jean-Marc Berlière, La police française entre bouleversements et permanences, 1930-1960, Paris, La Documentation française/IHESI, 2000.
  • Sous la direction de François Marcot, Dictionnaire de la Résistance, Paris, Laffont, coll. Bouquins, 2006.
Haut de page

 

Pyrénées Orientales : l'accent catalan de la république française
Le Département des Pyrénées-Orientales

24, quai Sadi Carnot
66009 - Perpignan Cedex

Tél. 04 68 85 85 85
Nous contacter