Accueil  >  Découvrir le Département  >  Gérer les ressources en eau  >  L'eau potable et l'assainissement

Outils utilisateur Diminuer la taille de la policeAugmenter la taille de la policeChanger le contraste Supprimer la personnalisation Imprimer Facebook

L'eau potable et l'assainissement

L'eau potable d'aujourd'hui

Pour avoir de l'eau potable au robinet du consommateur, il faut prélever l'eau (par pompage ou gravitairement), la traiter et la distribuer grâce au réseau d'eau potable. Le réseau comprend des canalisations d'adduction (du captage au réservoir), un réservoir de stockage, des canalisations de distribution (du stockage au particulier) et enfin des branchements chez les particuliers et des compteurs individuels.

Les données présentées pour les Pyrénées-Orientales sont recueillies par les 3 agents du Service d'Appui Technique en Eau Potable (SATEP) du Département spécialisés en eau potable qui interviennent auprès des collectivités. Elles permettent d'avoir une très bonne connaissance de l'eau potable dans le Département.

Dans les Pyrénées-Orientales, 55 millions de m3 sont prélevés chaque année par les collectivités pour satisfaire les besoins en eau potable, c'est plus 2 fois la quantité d'eau stockée par le barrage de Vinça et cela représente un débit fictif continu sur l'année de 1,7 m3/s.

Il existe 98 services d'eau potable :

  • 4 EPCI - FP
  • 17 syndicats
  • 77 communes

Les maîtres d'ouvrage décident ensuite de gérer le service d'eau potable en régie ou en affermage : dans les Pyrénées-Orientales, 2/3 des communes du département sont gérées en régie. Il s'agit essentiellement de communes rurales qui représentent seulement 20% de la population.

Les prélèvements sont réalisés sur 502 captages :

  • 245 sources,
  • 216 forages,
  • 41 prises en eau de surface.

Plus de 95% de l'eau captée est de l'eau d'origine souterraine, ce qui est une chance pour notre département car les eaux souterraines sont mieux protégées, de meilleure qualité et moins vulnérables aux aléas climatiques.

Plus de 70% de l'eau captée est prélevé dans les nappes plio-quaternaires de la plaine du Roussillon.

La qualité de l'eau distribuée est vérifiée régulièrement par les services de l'Agence Régionale de Santé.

Mutualisations des régies

En 2010, un premier travail sur des sites pilotes a été réalisé.
En Cerdagne Capcir, 4 syndicats ont lancé des groupements de commandes pour des prestations de curage de réseaux d'assainissement et de nettoyage de réservoirs.
Sur le secteur du Roussillon Conflent, 8 communes ont acheté en commun des compteurs d'eau.
Ces actions de groupement d'achats ont permis de faire jusqu'à 50% d'économie.

L'eau potable de demain

L'enjeu : Sécuriser la ressource en eau pour les 30 ans à venir

Les ressources en quantité et les infrastructures en place ont permis, jusqu'à présent, de répondre aux besoins des habitants des Pyrénées-Orientales. Mais nous sommes aujourd'hui arrivés au bout du système. En effet, les prélévements dans les nappes profondes du Pliocène ne peuvent plus être augmentés sous peine de mettre en péril ce trésor inestimable ; d'autant que l'augmentation linéaire de la population (+5000hab/an essentiellement dans la plaine), combinée aux impacts du changement climatique, ne cesse d'accroître la tension sur la ressource en eau.

Il était donc vital pour notre territoire, après une évaluation précise des besoins et un inventaire exhaustif de toutes les solutions, de définir une stratégie permettant de fournir l'eau potable nécessaire aux besoins de l'ensemble de la population pour les 30 ans à venir.

Les solutions :

Les réflexions menées par le Département depuis plus de 10 ans avec l'ensemble des partenaires ont permis de définir la stratégie suivante :

1) Faire des économies d'eau

  • L'eau potable : des économies substancielles grâce à une meilleure gestion (rendements de réseaux et consommation vertueuse) : + 5 Mm3.
  • L'eau d'irrigation : des économies grâce à une meilleure gestion des canaux et des périmètres d'irrigation et une adaptation des pratiques au climat méditerranéen.
  • Les autres usages (industrie, tourisme...) : des économies importantes peuvent être réalisées grâce à la sensibilisation et la mobilisation des acteurs économiques.

2) Investir rapidement dans de nouvelles infrastructures d'intérêt stratégique

     Eau potable :

  • Karst des Corbières (5 Mm3) : Mise en place d'une conduite d'adduction de l'eau vers la plaine.
  • Retenue de la Raho (10 Mm3) : sécurisation du transport de l'eau de Vinça jusqu'à La Raho, potabilisation de l'eau et construction de conduites principales d'adduction.
  • Nappes du quaternaire (5 Mm3) : Mise en place d'une conduite d'adduction vers les zones de consommations.

     Irrigation :

  • Création de retenues de stockage d'intérêt stratégique.

Avec la mise en oeuvre de cette stratégie, les Pyrénées-Orientales pourront disposer des ressources en eau lui permettant de faire face aux besoins pour l'eau potable et l'agriculture pour les 30 années à venir.

3) Mettre en place un syndicat de production d'eau potable à l'échelle départementale

    Les réflexions et investigations menées par le Département sur les ressources en eau potable depuis plus de 10 ans avec l'ensemble des partenaires ont permis :

  • de poser les fondamentaux suivants :
    • les besoins supplémentaires en eau potable de la population des Pyrénées-Orientales atteindront dans une trentaine d'années environ 20 Mm3 (soit un total de 75 Mm3),
    • le territoire des Pyrénées-Orientales dispose des ressources en eau nécessaires pour faire face à ce besoin supplémentaire.
  • de définir une stratégie d'intervention qui s'articule autour de 3 axes majeurs :
    • la réalisation d'économies d'eau (à travers l'amélioration des rendements de réseaux et une consommation vertueuse = 5 Mm3),
    • la mobilisation de nouvelles ressources d'intérêt stratégique : la retenue de la Raho (10 Mm3), les nappes du Quaternaire (5 Mm3) et le karst des Corbières (5 Mm3)
    • la réalisation d'interconnexions dans un objectif de maillage du territoire.
  • de disposer d'une vision précise des investissements à réaliser sur les différents secteurs pour permettre une sécurisation sur tout le territoire et répondre aux enjeux d'aujourd'hui et de demain.

Or, ces solutions, ainsi que les interconnexions entre ces ouvragse, nécessitent d'être mises en oeuvre de façon collective et solidaire, au-delà des périmètres des EPCI. Seule cette gestion globale permettra au département de répondre aux enjeux identifiés comme prioritaires en matière d'eau potable pour le territoire :

  • sécuriser les besoins actuels et futurs à travers la réalisation d'infrastructures stratégiques dépassant les EPCI,
  • assurer une solidarité et réduire la vulnérabilité du territoire face aux situations d'urgence grâce à un maillage sur le territoire, gage d'efficacité,
  • aider à la gestion des conflits entre les différents usagers,
  • mobiliser des financements et négocier de façon plus efficace avec les partenaires,
  • garantir une qualité de service et un impact sur le prix de l'eau "raisonnable".

C'est la raison pour laquelle le Département, eu égard à son action volontariste et historique en matière de préservation de la gestion de la ressource en eau, mène une réflexion visant à la création d'un syndicat de production d'eau potable à l'échelle départementale qui associerait le Département, tous les EPCI, syndicats et communes compétents en matière de production d'eau potable.

 

L'assainissement

Les données présentées sont recueillies par les 6 agents du Département spécialisés en assainissement qui interviennent auprès des collectivités. Elles permettent de connaître précisément l'état de l'assainissement collectif dans le département, les interventions sont structurées autour deux types de missions : les missions d'assistance technique réglementaires et des missions transversales d'initiative départementale.

Dans les Pyrénées-Orientales, l'assainissement collectif est assuré par 187 stations d'épuration (31/12/2016). La capacité totale de traitement est de 1.2 million d'équivalents habitants (EH).
La quantité de boue évacuée en 2016 a été, (hors Perpignan), de l'ordre de 5 600 tonnes de matières sèches (hors Perpignan). Les lits à macrophytes équipent actuellement 5 stations d'épuration et représentent 1% du tonnage de boue.

Lits de roseaux station de Mantet

Le département est principalement équipé de petites stations d'épuration (<2000EH). Les grosses unités (>10000EH) sont peu nombreuses (23), mais la charge polluante pouvant être traitée par ces installations est considérable.
Le parc de stations d'épuration se renouvelle petit à petit. Le nombre de station d'épuration ayant moins de 30 ans correspond à 65% du parc.
Ces investissements importants ont été possibles grâce au soutien financier du Département et de l'Agence de l'Eau.


Chiffres clés

98 services d'eau potable :

4 EPCI - FP
17 syndicats
77 communes

Quizz sur l'eau

Testez vos connaissances !

Si vous êtes joueur, venez tester vos connaissances ici, avec nos mots croisés.

Contact

Direction Ingenierie Territoriale et
Relations aux Communes
Service Eau, SATEP, SATESE

Hôtel du département
24 quai Sadi Carnot
BP 906 
66906 Perpignan
Tél : 04 68 85 85 85

Eau potable
Pascal BISSIERE      
Tél : 04 68 85 82 24

Assainissement
Sébastien FLERS
Tél : 04 68 68 50 31

Gestion Service d'Eau
Transferts de compétence
Muriel RASOLONDRAIBE
Tél : 04 68 85 82 22

Liens utiles

Le Département s'engage pour une meilleure qualité des réseaux s'assainissement.

Pyrénées Orientales : l'accent catalan de la république française
Conseil Départemental
des Pyrénées-Orientales


24, quai Sadi Carnot
66906 - Perpignan Cedex

Tél. 04 68 85 85 85
Nous contacter