Accueil  >  Découvrir le Département  >  Partir à la rencontre du Patrimoine Catalan  >  Centre de Conservation et de Restauration du Patrimoine (CCRP)  >  Exemples d'oeuvres restaurées par le CCRP du Conseil Général des Pyrénées-Orientales

Outils utilisateur Diminuer la taille de la policeAugmenter la taille de la policeChanger le contraste Supprimer la personnalisation Imprimer Facebook

Exemples d'oeuvres restaurées par le CCRP du Conseil Général des Pyrénées-Orientales

Retable de Saint Jean Baptiste, Rivesaltes

  Matériaux :
bois polychrome et doré
Dimensions :
Hauteur : 800cm ; Largeur : 457cm ;
statue de St Jean-Baptiste : H : 151,5 ; l : 85 ; P : 60cm
Sculpteur :
Attribué à Jean-Jacques Mélair ;
Casemiras pour le tabernacle.
Polychromie/dorure :
attribution à Jean ou Félix Escriba.
Epoque, datation :
Dernier ¼ 17ème siècle ; 1645 pour le tabernacle ;
19ème-20ème pour l'autel.
Classement M.H. :
le 17 novembre 1949.
Propriétaire :
commune de Rivesaltes.
Conservateurs-Restaurateurs :
Evelyn Stier, Christiane de Castaigner, Isabelle Desperamont Jubal avec l'aide de Sylvie Richard, Rhafid Hamami.


Ce retable n'est pas documenté mais, par son style, on peut l'attribuer de façon sûre à Jean-Jacques Mélair, sculpteur carcassonnais qui a réalisé dans la même église le retable du Rosaire (1675) et celui du Maître-autel (1678-82) . De même pour la polychromie, trés proche de celle du maître-autel (1703, non attribuée), il s'agit d'une attribution stylistique à Jean et Félix Escriba, doreurs père et fils, qui avaient travaillé sur le retable du Christ à Rivesaltes et souvent avec Mélair.

Les saints représentés sont St Jean-Baptiste au centre, St Roch à droite, un saint sans attribut mais dit St Thomas à gauche et St Michel en haut.

Etat de conservation

Etat général moyen mais avec des altérations en cours. Poussière très importante et accumulation de petits gravats sur l'entablement ; attaque d'insectes xylophages généralisée et active avec fragilisation du bois ; nombreux éléments détachés, branlants, joints d'assemblages ouverts ; statues sans fixation et console de gauche désassemblée ; ange, côté droit de l'entablement, basculé en arrière. Encrassement de la couche picturale généralisé et extrême ; repeint partiel très inesthetique ; vernis postérieur, recouvrant de la crasse et trés oxydé ; écaillages nombreux ; soulèvements et lacunes de petite taille, plus nombreux au 1er registre et en bas.

Etude

Support : peuplier pour les reliefs, noyer et résineux pour la structure.
Couche picturale : architecture entièrement dorée, avec fonds gravés et sgraffitti. Redorure partielle sur une préparation plus épaisse et repeints sur les carnations ; vernis ponctuel non original ; argenture à la détrempe (plume et casque de St. Michel).
Réalisation de la polychromie d'origine sans démontage sauf pour certains éléments difficiles d'accès ou gênants pour atteindre les parties arrières.

Traitement effectué

Dépoussierage ; refixage de la polychromie et dorure ; consolidation du bois friable ; reprise des assemblages défectueux, refixage des éléments détachés ou branlants ; dépose des trois sculptures du 1er registre pour un traitement au CDCROA et consolidation de leurs consoles ; nettoyage de l'ensemble de la couche picturale avec retrait mécanique des gouttes de cire et enduit ; dévernissage partiel, en particulier sur les sgraffiti des statues ; traitement insecticide ; remise en place des sculptures et fixation de celles- ci dans leur niches ; retouches minimales.

Durée :

90 jours

Page précédente

Statue de l'Assomption de la Vierge, Collioure

 
bois polychrome
Dimensions (H x L x P) :
98,5 x 40 x 26cm
Epoque, datation :
fin 17ème siècle, statue baroque
Provenance :
Presbytère
Propriétaire :
commune de Collioure
Conservateur-Restaurateur :
C. de Castaigner


Statue portée en procession jusqu'en 2003, nommée Notre Dame des Anges.

Il s'agit d'une très belle sculpture alliée à une polychromie d'une aussi grande virtuosité technique, située dans le mouvement typiquement baroque elle présente la particularité suivante : la sculpture et les assemblages des différents éléments ont été réalisés en même temps que la polychromie et non l'un après l'autre comme on le précise dans les contrats spécifiques de commande pour les retables en bois polychrome

Etat de conservation

L'ensemble était en très mauvais état de conservation.
Il a subi une légère attaque d'insectes xylophages limitée, les assemblages sont défectueux et la base de la statue est altérée par une forte humidité. De plus, des éléments sont manquants: les ailes des anges, de nombreux petits éléments sur l'ensemble ainsi que six pieds fixés au socle. Des éléments sont détachés et d'autres sont refaits. On note aussi une oxydation des têtes de clous.
La polychromie est très encrassée. Elle présente des lacunes et des soulèvements généralisés des carnations. De plus, il y a une oxydation prononçée du vernis et des papiers gommés sont posés en guise de mastic.
Etude
Les clichés du support au scanner nous dévoilent la complexité des assemblages et de nombreux inserts métalliques : clous pour une sculpture de petites dimensions. La Vierge est en bois de feuillu et le socle en bois de résineux type pin.
L'étude sous loupe binoculaire de la polychromie nous montre la présence de deux repeints sur les carnations et du vernis sur les parties dorées et polychromées.
L'analyse de la polychromie nous révèle un bleu (manteau) verditer dont nous ne connaissons pas la provenance : soit un pigment issu d'une recette d'atelier (recettes médiévales) soit un pigment issu de l'industrie et dont l'apparition date de la fin du 18 e siècle.

Traitement effectué

L'intervention sur le support a consisté à la reprise de la stabilité et des assemblages défectueux. Celle sur la polychromie a permis le nettoyage de celle-ci, ainsi que son décrassage et le retrait du vernis avant d'effectuer les retouches nécessaires.

Durée du traitement :

40 jours

Page précédente

Saint Antoine à l'enfant, Millas

  Matériaux :
peinture à l'huile sur toile
Dimensions (H x L) :
Encadré : 133,5 X 106cm / Hors cadre : 116,5 X 87,8 cm
Auteur :
Atelier Guerra
Epoque, datation :
1693
Provenance :
Eglise Sainte-Eulalie
Propriétaire :
Commune de Millas
Restaurateur :
Karine Pellier-Cuit

Ce tableau montre Saint Antoine en pied tenant l'enfant Jésus à bout de bras.

Trois têtes de chérubins, ornés d'ailes, occupent le haut de la toile.
Il s'agit d'une scène terrestre sur une estrade en bois, et dans laquelle tous les attributs du saint sont à terre ; fleur de lys, livre fermé dont s'échappe un marque page.

Etat de conservation

Le support est déformé dans la partie inférieure gauche et il y a deux pièces de renfort au niveau des deux déchirures.
La cohésion et l'adhésion de la couche picturale sont médiocres. Il y a des soulèvements, des usures et de la préparation généralisés. Les soulèvements sont localisés. Le tableau présente la trace d'une restauration antérieure, de nombreux repeints très craquelés et des mastics débordants à la cire. Le repeint débordant est localisé sur la brûlure de cierge. Le vernis est oxydé.

Traitement effectué

L'intervention a consisté à dépoussiérer le tableau et déposer son châssis. Puis, il a été monté sur un bâti de travail. Les deux pièces de renfort ont été dégagées et remplacées par des pièces en non-tissé polyester. On a effectué une incrustation au niveau de la brûlure.

Couche picturale

Les soulèvements de la couche picturale ont été refixés. Les repeints et le vernis ont été dégagés. La couche picturale a été mastiquée et réintégrée de façon illusionniste. Enfin, on a posé un vernis final de protection

Page précédente

Dévot Christ, Cosprons

  Matériaux :
bois polychrome
Dimensions (H x L x P) :
188 x 118 x 36,5cm
Classé MH au titre objet mobilier :
01.12.1913
Epoque, datation :
14ème siècle.
Provenance :
chapelle du hameau de Cosprons
Propriétaire :
commune de Port -Vendres
Conservateur-Restaurateur :
C. de Castaigner

Jusqu'aux années 1950 le Christ était porté en procession ; aujourd'hui une messe est donnée en son honneur à « Pasquetes ».

D'iconographie gothique le Christ a pris au cours du temps un aspect moins douloureux et il semble que le titulus ne soit pas d'origine. Il a été retrouvé échoué sur une plage de la baie de Paulilles au 17e siècle par un marin.

La légende du Christ est racontée sur un goig.

Etat de conservation

On constate une légère attaque d'insectes xylophages limitée à la traverse. Il manque la couronne d'épines ainsi que cinq départs de branches et l'auréole. De plus tous les doigts sont écourtés. Par contre, la couronne en corde, les poignées en métal et peut-être le titulus ont été rajoutés. La sculpture présente des fentes radiales.
La polychromie est encrassée et présente des lacunes et soulèvements importants avec des déformations et une pulvérulence de la préparation, principalement sur le périzonium. Par ailleurs, on note la présence d'une couche de bronzine très oxydée sur ce dernier avec de nombreuses coulures sur les jambes . Les carnations ont été entièrement repeintes.

Etude

La polychromie a été analysée sous la loupe binoculaire et a permis de constater la présence de deux repeints sur les carnations du Christ datant au plus tôt du 19e siècle, d'un repeint sur le périzonium (bronzine) et un autre sur la croix en faux bois.
Le support a été scanné et radiographié mais la présence de blanc de plomb dans la polychromie gêne la lecture des radios. Ces examens ont tout de même permis de dire que le support est constitué de bois de résineux pour la croix, de bois de feuillus pour le Christ et d'une couronne en corde. On note la présence ponctuelle de filasse dans la préparation

Traitement effectué

La polychromie a été nettoyée et refixée. Les assemblages ont été repris. Les parties recouvertes de bronzine ont été dégagées et retouchées. Enfin, on a appliqué une couche finale de protection sur la dorure.

Page précédente

Cadireta avec Vierge à l'Enfant, St-Pierre-dels-Forcats

  Matériaux :
bois polychrome et doré
Dimensions (H x L x P) :
142,5 x 81,8 x 51cm
Epoque, datation :
fin 17ème- début 18ème siècle
Provenance :
église paroissiale.
Propriétaire :
Commune de St-Pierre-dels-Forcats
Classée au titre objet :
07/10/1981
Conservateur-Restaurateur :
I. Desperamont Jubal

Cette cadireta est un objet de procession présentant une Vierge à l'Enfant, du Rosaire, qui est d'origine. Sa forme est encore traditionnelle du 17ème siècle mais avec déjà des colonnes torses qui n'apparaissent dans l'art local que vers 1675. La polychromie constituée d'une dorure aqueuse et de sgraffito pourrait être l'oeuvre de l'atelier Escriba.

Etat de conservation

On n'observe pas d'attaque d'insectes xylophages. Seuls quelques éléments sont cassés ou bien seulement détachés ou perdus. On remarque quelques manques sur la Vierge (doigts, rayons d'auréole, auréole de l'Enfant). Un recollage ancien sur l'Enfant a été effectué ainsi qu'une fixation de la statue indémontable.
La polychromie est très encrassée et anciennement vernie. Par contre les soulèvements sont très nombreux et on observe de nombreuses petites lacunes comme sur le sol où la couleur bleue a disparu très largement.

Etude

La structure est en bois de résineux et la statue en bois de feuillu.
La polychromie est entièrement originale mis à part le vernis.

Traitement effectué

L'intervention a consisté à la désinsectisation par anoxie de l'oeuvre. On a également procédé au refixage et au nettoyage de la dorure et de la polychromie ainsi qu'à de ponctuels dévernissages (carnations et base de la cadireta). Puis on a fixé les éléments cassés et détachés. Les trous ont été bouchés. Enfin, on a effectué des retouches avant d'appliquer une couche de protection et de consolidation sur le sol de la cadireta (résine en solution) puis une couche finale de protection sur l'ensemble de l'objet (cire microcristalline).

Durée du traitement :

23 jours

Page précédente

Nativité, Serdinya

 

Matériaux :
huile sur bois
Dimensions (H x L) :
42 x 33 cm
Epoque,datation :
fin XVIème-XVIIème siècle
Classé MH :
non
Propriétaire :
Commune de Serdinya
Restaurateurs :
Karine Pellier-Cuit / Evelyn Stier (support bois)

Il s'agit de deux panneaux peints sur bois dont l'un représente l'Annonciation (la Vierge, l'Ange Gabriel avec un philactère et l'autre, la Nativité (la Vierge, saint Joseph et l'Enfant).

Etat de conservation

Le support en bois résineux de type pin finement veineux a subi une attaque d'insectes xylophage (de type vrillettes et termites) d'où le fait que de nombreuses galeries affaiblissent la totalité du support. On note aussi la présence de deux petites fentes au niveau du bord inférieur, d'une une large fente le long du bord droit qui a provoqué une désolidarisation des deux parties anciennement maintenues par deux traverses au revers. Il y a ausse des lacunes du support au niveau du coin supérieur droit. Le tableau a une déformation générale convexe.
La couche picturale est composée de peinture à l'huile appliquée en demi-pâte sur une préparation blanche avec, sur les auréoles, une dorure ponctuelle à la détrempe. L'ensemble est très dégradé avec des soulèvements et des lacunes importantes. La préparation est pulvérulente. Le vernis est oxydé et il y a des clivages dans la couche picturale.

Traitement effectué

Pour le support, on a retiré les deux traverses au revers puis consolidé avec un collage bord à bord de la partie droite désolidarisée. Ensuite, on a effectué un masticage au niveau de la jonction et des galeries apparentes avant de greffer le bois collé bord à bord dans la partie lacunaire supérieure droite.
La greffe et les mastics ont été teintés pour une meilleur homogénéité.
La couche picturale a été refixée par la consolidation de la préparation, le décrassage de la surface, et le dévernissage. Ensuite les lacunes ont été mastiquées avant d'être réintégrées de façon illusionniste. Enfin, on a pulvérisé un vernis final de protection.

Page précédente

Notre-Dame de Marinyans, Serdinya

  Matériaux :
bois sculpté, polychromé.
Dimensions (H x L x P) :
95 x 37 x 28 cm
Epoque, datation :
14ème siècle
Provenance :
Eglise paroissiale Saint-Côme et Saint-Damien
Propriétaire :
Commune de Serdinya
Conservateur-Restaurateur :
Corinne Van Hauwermeiren

Provenant de l'église de Marinyans ruinée par le feu en 1896, elle fût longtemps conservée au prieuré de Serrabonne avant d'intégrer la chapelle sud de l'église de Serdinya.

Etat de conservation

Le support a subi des anciennes attaques ponctuelles d'insectes xylophages. On observe qu'il manque des éléments. De plus, il présente des fentes radiales et une ancienne restauration, inesthétique, a été effectuée.
L'ensemble polychromique est poussiéreux et encrassé. On constate des soulèvements et des lacunes de la polychromie. De plus, la feuille métallique et le vernis coloré la recouvrant sont oxydés. Par ailleurs, la polychromie a perdu de son adhésion et les anciens mastics se soulèvent. De nombreux repeints sont disposés de manière éparse.

Etude

La statue est sculptée dans un bois résineux , probablement du pin. Le groupe sculpté se composait originellement d'une bille de bois de coeur sur laquelle venait se greffer le bras droit de la Vierge fixé par un tourillon et par collage.
Les sondages stratigraphiques n'ont mis en évidence aucune polychromie sous-jacente excepté au niveau de l'intérieur du manteau de la Vierge et de la face latérale droite du banc, sous la couche vert bouteille. Les sondages ont révélé la présence d'une feuille métallique « blanche » recouverte d'un vernis doré, à l'identique de l'ensemble des vêtements .

Traitements effectués

L'intervention a consisté à d'abord dépoussiérer, nettoyet et refixer la polychromie. Puis les repeints ont été dégagés ainsi que les mastics et le jus brun présent sur l'ensemble de la surface. Ensuite on a procédé au bouchage des fentes et au masticage des lacunes gênantes avant de faire la réintégration chromatique des lacunes. Enfin, on a posé une couche de protection.

Durée du traitement :

3 mois

Page précédente

Prédelle Saint Roch, Argelès-sur-mer

  Matériaux :
Huile sur bois
Dimensions (H x L ) :
120 x 212 cm
Epoque, datation :
16ème siècle
Provenance :
Eglise paroissiale Notre-Dame del Prat
Propriétaire :
Commune de Argelès-sur-mer
Conservateur-Restaurateur :
Florence Meryerfeld

« Saint Roch et l'ange guérisseur » et « Le portement de croix »

Etat de conservation

Le support est en bon état, malgré quelques fentes, quelques trous d'envol d'insectes xylophages (type vrillette), ainsi que des traces d'humidité le long des bords supérieurs et inférieurs à dextre. Le panneau a peut-être été plus long à l'origine. Il aurait alors comporté une ou plusieurs autres scènes historiées, en effet, à droite, la préparation blanche est présente jusqu'à la limite du panneau, et l'on remarque la présence de couleurs pouvant appartenir à une troisième scène historiée. De même, les traverses au revers ne sont pas régulièrement réparties.
Le panneau est recouvert de couches de vernis teintées particulièrement épaisses et sombres. L'un des derniers vernis appliqué est sans doute constitué d'une résine de type colophane très oxydée et sensible à l'eau. On remarque sur la peinture elle-même des coulures épaisses et solides ( à l'huile ?) de peintures bleues et noires correspondant peut-être aux couleurs appliquées sur le cadre à une certaine époque. La couche picturale est également parsemée de divers trous ou rayures plus ou moins profonds parfois sans doute liés à des gestes de vandalisme.

Etude

Le support est constitué d'un assemblage horizontal à joint plat de trois larges planches de bois résineux de 3 cm d'épaisseur, débitées soigneusement sur quartier et faux quartier, et consolidées au revers par trois traverses.
En ce qui concerne la couche picturale la préparation est épaisse et constituée d'au moins deux couches d'un mélange de colle et de sulfate de calcium particulièrement sensible à l'eau. On remarque la présence d'une toile noyée dans la préparation.
Il est probable que plusieurs type de liants aient été utilisés: sans doute des émulsions plus ou moins grasses donnant une certaine opacité ainsi qu'un léger relief à la couleur et que l'on retrouve dans le décor et les costumes, mais aussi de l'huile qui permet d'obtenir la transparence des glacis (laques rouges et résinates de cuivre) ainsi que le fondu des carnations.

Traitements effectués
L'intervention a consisté au retrait du cadre avant de nettoyer la couche picturale. Puis on a procédé au masticage des lacunes, au vernissage et aux retouches

Durée du traitement :

2 mois.

Page précédente

Retable de la Vierge, Palau de Cerdagne

  Matériaux :
panneaux peints, dorure, toile marouflée
Dimensions (H X L) :
270.7 X 291.5 cm
Auteur :
attribuée à Jaume Serra
Epoque :
milieu 14ème s.
Classement :
10/08/1904 et 30/03/1954
Provenance :
église paroissiale N.D des Anges
Propriétaire :
commune de Palau de Cerdagne

Ce retable gothique à panneaux peints est aujourd'hui très incomplet (il manque au moins 4 panneaux et plus) ce qui témoigne des nombreux remaniements qu'il a subit à différentes époques : ré-assemblage, séparation d'éléments, découpages et réemploi.

Jusqu'à notre intervention les éléments de ce retable étaient disséminés en cinq endroits différents dans l'église. Actuellement ils sont repositionnés respectivement dans leur emplacement d'origine.

Etat de conservation

Bon état de conservation tant au niveau du support que de la couche picturale, malgré quelques remaniements et l'attaque ponctuelle d'insectes xylophages ; état d'usure général de la couche picturale lié à des restaurations antérieures et présentant également de nombreux repeints plus ou moins bien intégrés.

Etude

 

Support : bois de peuplier (radiographie et analyse du bois).
Couche picturale : examen de la couche picturale sous loupe binoculaire et étude descriptive de la technique picturale.

Traitement effectué

Dépose des éléments du retable et des 3 pinacles sur le maître autel ; refixage ponctuel de la couche picturale ; nettoyage superficiel ; désinsectisation ; présentation des différents éléments regroupés dans leur emplacement d'origine (création d'une structure métallique).

Ce retable est actuellement visible à la Chapelle Notre-dame des Anges, 32 rue Foch, à Perpignan, entouré d'une exposition documentaire.

Page précédente

Contact

Direction du Patrimoine et de la Catalanité
Maison de la Catalanité, de la Culture et du Patrimoine
11 rue Bastion Saint Dominique
66000 Perpignan
Tel :  04 68 08 29 30

Centre de Conservation et de Restauration du Patrimoine
150 avenue de Milan
Zone St Charles
66000 Perpignan
Tel. 04 68 85 89 40
Fax. 04 68 54 45 61

Responsable
Jean-Bernard MATHON

Téléchargement

Pyrénées Orientales : l'accent catalan de la république française
Le Département des Pyrénées-Orientales

24, quai Sadi Carnot
66009 - Perpignan Cedex

Tél. 04 68 85 85 85
Nous contacter